Prendre rendez-vous

La Zone de Rejet Végétalisée

Principe

A l’heure actuelle, les ouvrages de dissipation installés en aval des STEP sont de nature très variée (noue, mare, prairie humides, taillis courte rotation). 

La conception des ZRV ne fait pas appel à des règles de conception et de dimensionnement précises en fonction des objectifs assignés, mais est plus issue d’une réflexion menée entre mimetisme du milieu naturel et ingénierie écologique.

 

La démarche actuelle vise donc à optimiser les surfaces de traitement en fonction de l’espace alloué et des caractéristiques du site. 

Phytoserpe.jpg

Intérêts

La mise en place de ces zones offre plusieurs avantages en complément de l’ouvrage d’épuration, parmi lesquels :

  • Une désinfection et une sécurisation de la qualité de rejet par biodégradation ou par immobilisation des polluants dans les Zones de Rejet Végétalisées. Celle-ci peut faire appel à différents processus biotiques (liés à l’activité des microorganismes et des plantes) et abiotiques (liés aux paramètres physico-chimiques).
 
  • Une réduction des flux rejetés par la station d’épuration vers le milieu naturel par infiltration, évapotranspiration et/ou évaporation de l’eau en surface libre.
 
  • La mise en place d’un aménagement paysager, pouvant servir de véritable support pédagogique autour de l’ouvrage de traitement des eaux usées et de la prise en compte de la biodiversité et de l’amélioration de l’état écologique des cours d’eaux.

 

Phytoserpe.jpg

Conception

Les ZRV sont conçues de manière à offrir les conditions environnementales nécessaires à l’abattement d’un large spectre de polluants de par la diversité des milieux reconstitués. 

 

Aménagées en pente douce, les berges sont plantées de végétations herbacées (voire arborescentes) issues d’une production locale s’engageant dans un système de production durable. Une attention particulière est portée pour empêcher la contamination du milieu par les espèces envahissantes.

 

Phytoserpe.jpg